Ajoutez votre nom : mettez fin à l'interdiction anti-scientifique et homophobe du sang

Les hommes canadiens ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) sont effectivement interdits de donner du sang au Canada. Malgré des années de promesses de la part du gouvernement libéral, les homosexuels, bisexuels et autres personnes identifiées comme étant sexuellement actifs, ainsi que les femmes trans, doivent toujours attendre 3 mois après avoir eu des relations sexuelles avec d'autres hommes pour donner du sang.

L'interdiction du sang n'est pas scientifique : c'est de la discrimination.

Il n'y a aucune preuve scientifique à l'appui de l'interdiction du sang. Le sang donné est déjà testé pour le VIH, et toutes les démographiques sont sensibles au virus [1]. Donc, il n'y a aucune explication à cette interdiction au-delà de la peur infondée, qui nous sert de rappel d'une époque d'hystérie homophobe sur le SIDA. Par exemple, un homme gay dans une relation monogame est interdit de donner du sang, cependant un homme hétérosexuel avec plusieurs partenaires n’est pas.

Des agences comme la Société canadienne du sang permettent à l'homophobie de faire obstacle à la santé publique. Non seulement est l'interdiction du sang fondée sur un principe homophobe, mais elle a aussi aidé à provoquer une pénurie importante de sang au Canada [2]. Cela est particulièrement préjudiciable pendant COVID-19, car la pandémie a conduit aux nouvelles pénuries de dons de sang [3].

Jusqu'à l'élimination de l'interdiction du sang, le Canada n’est ni un endroit égal pour la communauté 2SLGBTQIA +, ni un pays avec un système de santé équitable. Permettre à la peur et à la haine de remplacer la science envoie un message fort ; que le Canada n'est pas le lieu inclusif qu'il prétend être.

Le gouvernement libéral a promis à maintes reprises de supprimer l'interdiction discriminatoire du sang. Justin Trudeau a promis qu'il le ferait lors des élections de 2015, mais près de 5 ans plus tard, l'interdiction du sang continue d'empêcher les HSH et d’autres groupes marginalisés de participer également au système de don de sang.

Le Canada a besoin d'une direction forte qui ne reculera pas. Lors des élections de 2019, j'ai présenté ma candidature dans Toronto-Centre, la plus grande communauté 2SLGBTQIA + au Canada. J'ai appelé le gouvernement à éliminer l'interdiction du sang dans des entrevues avec la CBC, dans des débats avec le ministre des Finances Bill Morneau et sur les médias sociaux. En tant que chef du Parti vert, je continuerai de faire pression sur Héma-Québec, Santé Canada et la Société canadienne du sang, pour mettre fin à l'interdiction discriminatoire du sang.

Nous pouvons atteindre notre objectif si nous nous réunissons et faisons pression. Nous ne pouvons pas laisser la promesse de mettre fin à l'interdiction du sang d’être oubliée dans le chaos de COVID-19, d'autant que la pandémie peut augmenter le besoin de dons de sang.

Le don de sang sauve des vies. Les HSH ont attendu pour l'égalité pendant 34 ans. Voulez-vous vous me joindre pour demander l’élimination de l'interdiction du sang ?


À Héma-Québec, Santé Canada et la Société canadienne du sang :

Nous ne pouvons pas laisser la peur et la haine de faire obstacle à la santé publique. Le Canada mérite une politique fondée sur des faits. Une deuxième vague potentielle d'infections à COVID19 nécessitera un plus grand besoin de dons de sang et nous ne pouvons plus nous permettre d'attendre. Nous demandons à vous et au gouvernement de lever immédiatement la période d'abstinence de 3 mois imposée aux hommes gais et bisexuels et aux femmes trans afin de mettre abolir l'interdiction du sang anti-scientifique et homophobe.

Will you add your name?